Aller au contenu

Déploiement des énergies renouvelables (EnR)

Astuce

Tous les graphiques sont interactifs. Vous trouverez en haut à droite de chaque graphique un bouton vous permettant d'agrandir ou de rétrécir l'image. Par ailleurs, il est possible de faire apparaître ou de supprimer une ou plusieurs série.s temporelle.s du graphique en cliquant sur l'élément correspondant dans la légende qui se situe en-dessous dudit graphique.

Photovoltaïque

Pour le solaire photovoltaïque, la coalition s'est fixé l'objectif d'atteindre une capacité totale de 215 GW d'ici 2030 dans la révision prévue de la Loi sur les Énergies Renouvelables (EEG). Selon AGEE-Stat, le groupe de travail sur les statistiques des énergies renouvelables, la capacité installée en Allemagne en novembre 2021 s'élevait à un peu plus de 58 GW. Atteindre l'objectif supposerait donc d'accroître d'environ 1,4 GW par mois en moyenne la capacité du solaire photovoltaïque d'ici fin 2030 (ligne pointillée bleue, comprenant les objectifs intermédiaires spécifiés dans la révision). Il s'agit du déploiement net requis, c'est-à-dire qu'il tient également compte des anciennes centrales qui seront progressivement retirées du réseau. Ces dernières années, l'expansion a été nettement inférieure à ce chiffre. Si le développement de la capacité photovoltaïque suivait la tendance des années 2017-2021, seulement 92 GW seraient opération d'ici à la fin de 2030 (ligne pointillée orange). Au cours des douze derniers mois, le rythme d'expansion n'a été que légèrement supérieur, de sorte qu'une poursuite de cette tendance mènerait également à une capacité totale nettement inférieure à l'objectif (ligne pointillée rouge). Pour atteindre l'objectif de 215 GW en 2030, l'expansion doit ainsi être plus de trois fois plus rapide que la tendance des douze derniers mois. Après 2030, la capacité photovoltaïque devrait encore augmenter, pour atteindre 400 GW en 2040.

À titre de comparaison, les scénarios du projet Ariadne sont également représentés sur le graphique. L'objectif de la coalition pour le photovoltaïque en 2030 se situe dans la partie supérieure du couloir de tous les scénarios Ariadne (ici sans le modèle TIMES). Le résultat du modèle de référence d'Ariadne (REMIND) pour les sources d'énergie renouvelables en 2030 dans le scénario Mix Technologique est plus ou moins similaire à la cible de la coalition. Après 2030, la capacité photovoltaïque continue d'augmenter dans les scénarios Ariadne. Pourtant, les 400 GW visés par le gouvernement ne sont atteints que dans certains scénarios, et seulement après 2040.

Énergie éolienne

Terrestre

Pour l'éolien terrestre, la coalition gouvernementale allemande vise une capacité installée de 115 GW en 2030 selon le projet de révision de la Loi sur les Énergies Renouvelables (EEG). Au mois de novembre 2021, la capacité installée en Allemagne était légèrement inférieure à 56 GW, selon AGEE-Stat. Pour atteindre l'objectif, il faut donc ajouter en moyenne un bon 0,5 GW par mois (toujours net) d'ici à la fin de 2030. Après 2030, le gouvernement vise à augmenter encore la capacité pour atteindre 160 GW en 2040.

Par rapport aux scénarios du projet Ariadne, les objectifs de la coalition pour l'expansion de l'énergie éolienne terrestre se situent à peu près au milieu du couloir formé par l'ensemble desdits scénarios, qui est plus large que le couloir cible pour le photovoltaïque. Dans le scénario Mix Technologique, les résultats du modèle de référence d'Ariadne pour l'expansion de l'éolien se situent systématiquement un peu au-dessus de l'objectif de la coalition.

Selon l'accord de coalition, deux pour cent des terres doivent permettre la production d'énergie éolienne terrestre, bien qu'aucune année cible ne soit mentionnée. Selon le dernier rapport en date du Comité de coopération entre l'État fédéral et les Länder, 0,70 % des terres était légalement désigné pour l'énergie éolienne terrestre au 31 décembre 2020 (borne inférieure sans double compte, terres désignées soit exclusivement au niveau de l'aménagement du territoire, soit au niveau des plans d'occupation des sols urbains). Selon le projet de loi sur l'augmentation et l'accélération du développement de l'énergie éolienne à terre, ce chiffre était de 0,8 % en 2021 (dont seulement 0,5 % serait effectivement disponible). Fin 2026, la moyenne de tous les Länder devrait atteindre 1,4 %, puis 2 % fin 2032. Pour atteindre l'objectif, il faut donc plus que doubler la proportion actuelle.

En mer

Pour l'éolien offshore, la coalition gouvernementale vise une capacité d'au moins 30 GW en 2030 dans le cadre du ''Plan de Pâques'' (ndlt. ''Oster Packet'' en allemand). Au mois de novembre 2021, la capacité installée dans les eaux allemandes était de 7,8 GW, selon AGEE-Stat. Afin d'atteindre l'objectif fixé en 2030, environ 0,2 GW par mois (net) en moyenne doivent être construits. Ensuite, la capacité installée devrait continuer à croître fortement, pour atteindre au moins 40 GW en 2035 et 70 GW en 2045.

Comparé aux scénarios du projet Ariadne, l'objectif de la coalition pour l'éolien en mer en 2030 se trouve au-dessus de l'intervalle formé par l'ensemble des scénarios Ariadne. Dans le modèle de référence d'Ariadne (REMIND), selon le scénario Mix Technologique, la capacité installée en 2030 serait moitié moins élevée que l'objectif de la coalition. L'expansion de l'énergie éolienne en mer dans les scénarios Ariadne ne s'accélère qu'à partir de 2025. En 2045, la capacité installée augmente de manière différente selon le scénario Ariadne considéré et atteint 80 GW dans le cas le plus extrême. Les objectifs du gouvernement fédéral se situent systématiquement dans la fourchette supérieure du couloir des scénarios Ariadne.

Part des EnR dans le secteur de l'électricité

La coalition a pour objectif de faire passer la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d'électricité à 80% d'ici 2030. Les données statistiques relatives à cet indicateur sont fournies chaque année par le ministère fédéral compétent, le Ministère fédéral de l'Économie et de la Protection du Climat (Bundesministerium für Wirtschaft und Klimaschutz, BMWK), par exemple ici ou ici. En 2020, la part était de 45,1% ; en 2021, elle n'était plus que de 41,9 %, bien que les données ne soient pas encore définitives (*). Cette baisse est probablement due en grande partie à une consommation d'électricité nettement inférieure en 2020 en raison de la pandémie et à une année de vent relativement faible en 2021. Pour atteindre l'objectif de 2030, cette part doit augmenter de plus de quatre points de pourcentage par an en moyenne à partir de 2021. À partir de 2035, le gouvernement allemand vise un secteur de l'électricité presque neutre sur le plan climatique, conformément à la révision de la Loi sur les Énergies Renouvelables (EEG). Nous représentons cela par une part de 95 % d'énergies renouvelables dans le graphique.

En outre, les parts des énergies renouvelables dans la production nette d'électricité peuvent également être affichées sur le graphique (en cliquant sur l'entrée correspondante dans la légende). Ces données sont régulièrement mises à jour sur la plateforme en ligne Energy-Charts du Fraunhofer ISE et sont donc disponibles bien plus tôt que l'indicateur basé sur la consommation mentionné dans l'accord de coalition. Le graphique montre les données disponibles au moment de la dernière mise à jour de ce site web, ce qui signifie que la part peut encore changer de manière significative au cours de l'année actuelle en raison des effets saisonniers (*). Les parts des énergies renouvelables dans la production nette d'électricité et la consommation brute d'électricité diffèrent, entre autres, parce que le dénominateur est plus faible dans le premier cas en raison de la consommation propre des centrales électriques.

À titre de comparaison, l'objectif de la coalition concernant la part des énergies renouvelables en 2030 se situe dans l'intervalle des scénarios du projet Ariadne. Pour 2030, les projections faites d'après le modèle de référence d'Ariadne (REMIND) dépassent l'objectif de la coalition (de 80 %) dans le scénario Mix Technologique avec une part de 87 %. Après 2030, la part dépasse 90 % dans la plupart des scénarios Ariadne.

Pompes à chaleur

Les pompes à chaleur permettent d'utiliser la chaleur de l'environnement. Cela joue un rôle important dans de nombreux scénarios, notamment pour le chauffage des bâtiments. Dans son accord de coalition, le gouvernement n'a pas mentionné d'objectif pour le déploiement des pompes à chaleur : le terme "pompe à chaleur" n'est pas utilisé une seule fois dans tout le document. Toutefois, le Bilan d'ouverture sur la protection du climat du Ministère fédéral allemand de l'Économie et de la Protection du Climat (BMWK) mentionne une fourchette allant de "4,1 à 6 millions de pompes à chaleur" en 2030, ce chiffre se rapportant probablement à la fourniture de chaleur ambiante dans les bâtiments individuels (sans les pompes à chaleur de grande puissance dans les réseaux de chaleur et sans les pompes à chaleur haute température). Dans le graphique ci-dessous, nous situons (arbitrairement) l'objectif de la coalition "en feu tricolore" au milieu de la fourchette mentionnée et représentons l'évolution historique du parc. La source de données jusqu'en 2020 est EurObserv'ER, le stock de l'année 2021 est estimé (*) avec les chiffres de vente du Bundesverband Wärmepumpe (BWP).

À titre de comparaison, les scénarios du projet Ariadne peuvent également être représentés sur le graphique. Le modèle de référence pour les pompes à chaleur (REMod) prévoit dans le Scénario Mix Technologique un parc de 5,3 millions de pompes à chaleur en 2030 (dans les bâtiments individuels), ce qui correspond approximativement à l'objectif du gouvernement. D'ici 2045, ce parc de pompes à chaleur passera à environ 15 millions. En outre, les trajectoires de développement des pompes à chaleur peuvent être comparées à celles de quatre autres études qui, avec les scénarios Ariadne, ont été surnommées les "Cinq Grandes" (ndlt. "Big 5" en anglais), à savoir "Neutralité climatique de l'Allemagne 2045" (Agora KND 2045) d'Agora Energiewende, "Trajectoires climatiques 2.0" (Klimapfade 2.0) du BDI, "Étude pilote : vers la neutralité climatique" (scénario KN100) de Dena, ainsi que les "Scénarios de long-terme 3" (scénario TN-Strom) du BMWK. Jusqu'en 2045, le déploiement de pompes à chaleur est particulièrement inportant dans les scénarios à long terme du BMWK, alors qu'elle est la plus faible dans l'étude de Dena.

Part dans le secteur de la chaleur

La coalition vise une part "très élevée" d'énergies renouvelables dans le secteur de la chaleur. Pourtant, l'accord de coalition ne prévoit qu'un objectif quantitatif pour la chaleur "neutre en émissions", à savoir 50 % de l'offre totale de chaleur d'ici 2030. Étant donné que d'autres options, telles que l'importation d'hydrogène neutre en carbone ou le captage et le stockage du carbone, semblent peu plausibles dans le secteur allemand de la chaleur d'ici 2030, nous interprétons cet objectif quantitatif comme un objectif en termes d'énergies renouvelables, en nous écartant légèrement de la formulation exacte de l'accord de coalition. En 2021, selon les données de AGEE-Stat, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale de chaleur et de froid (incluant la consommation satisfaite par réseaux de chaleur) en Allemagne était de 16,5 %. D'ici 2030, cette part doit donc augmenter de près de quatre points de pourcentage par an, bien plus que ce qui a été mis en œuvre ces dernières années.


Dernière mise à jour: 2022-08-30